Trouver le bon synthétiseur – guide complet


Choisir le bon synthétiseur sur internet quand on ne sait pas exactement ce qu’on cherche, c’est parfois la jungle. Tous les modèles, ces designs compliqués, mais à quoi servent-ils au juste?

Sur cette page, nous vous avons confectionné un guide complet et généraliste qui vous permettra de tout comprendre sur les synthés. On aborde tous les aspects: le type de son, la jouabilité ou encore les prix. De cette manière vous aurez les cartes bien en main pour vous repérer facilement. Dans la partie « Types de synthétiseurs », nous avons inclus des liens vers les pages de ce site dédiées à des modèles en particulier pour approfondir.


Comment bien choisir son synthétiseur?

LES POINTS IMPORTANTS A REGARDER
Pour choisir votre modèle de synthé, vous allez devoir vous pencher sur les critères suivants :
Avec clavier ou sans clavier ?

Souhaitez-vous un synthé avec des touches de piano ? Le clavier est souvent choisi par les musiciens ayant déjà un pied dans la théorie musicale. Toute la gamme des synthétiseurs sans clavier favorise la composition plus instinctive, et est spécialement adaptée à ceux qui n’ont pas de connaissances musicales particulières.
Les appareils avec pads sont plutôt tournés vers le beatmaking, le sampling, et le contrôle midi.


Roland TR-8S noire vue de trois quart bas Photo de présentation du modal argon8 vue de face biais
Quels sons et quels effets proposés ?

Un critère important à regarder est le nombre de sons disponibles et leurs caractéristiques. Entre un piano numérique avec des sons d’usine (de qualité bonne à excellente), à un synthétiseur sur lequel chaque sonorité peut être finement travaillée, il y a un monde !

Il faut donc vous demander si vous souhaitez pouvoir triturer vos sons, ou bien seule la composition mélodique importe. Les effets dont le synthétiseur est équipé dont également partie des paramètres importants (chorus, reverb, etc..).

Ensuite, souhaitez-vous un synthé qu’on puisse alimenter en sonorités externes ? Est-ce important de pouvoir y télécharger des samples ?
Synthé physique ou logiciel ?

La différence majeure entre ces deux options est la sensation que procure un instrument physique. Avoir sous la main des touches que l’on peut presser, des potentiomètres à tourner, des lumières qui clignotent nous immerge dans le son et peut nettement influer notre processus de création musicale.

Ici, la notion de workflow est importante, qu’on pourrait qualifier de ‘processus de travail’. Certains n’aiment pas avoir les yeux rivés sur un écran d’ordinateur et préfèrent avoir un control manuel des effets et des déclenchements. C’est plus ludique, et c’est ce qui constitue en grande partie l’intérêt des claviers midi.

A contrario, les synthétiseurs virtuels puissants comme les VST apportent des fonctionnalités très poussées avec parfois une plus grande simplicité d’utilisation. Certaines personnes ne jurent que par des synthétiseurs virtuels pour leur prise en main facile.

Question son, la seule vraie différence entre physique et logiciel se trouve chez le synthé analogique. Ce dernier produira des sons uniques, qui pour certains sont aujourd’hui encore de qualité supérieure aux synthés numériques ou aux logiciels.
Séquenceur intégré ou non ?

Un séquenceur directement intégré à votre synthétiseur permet de jouer des boucles et structurer vos morceaux, le tout cela sans devoir passer par un logiciel. C’est le processus de composition qui s’en trouve modifié, comme si vous disposiez d’un instrument physique tout en un. Les workstations disposent d’un séquenceur, ce qui les rend très pratique pour la composition de morceaux.
Quelle taille ?

Si vous optez pour un modèle physique, alors évidemment vous devez regarder la place disponible chez vous. Cela peut paraître évident, mais lorsqu’on se lance on achète un premier appareil. Puis un deuxième. Puis un troisième. Puis vous manquez de place… c’est du vécu !
Prévoyez donc en amont si cela vous est possible un peu de place restante. Mais soyons honnêtes, quand vous tombez sur un modèle qui vous fait vraiment de l’œil, la taille n’est pas le critère principal !
Quel budget ?

Pensez également au budget dont vous disposez, il y a plusieurs gammes de prix en fonction de votre porte monnaie et de votre niveau.
Quelles marques ?

Les marques les plus connues comme Yamaha et Korg sont leader dans le domaine. Mais beaucoup d’autres marques proposent des synthétiseurs géniaux.
Standalone ou midi ?

Il arrive que des personnes reçoivent leur synthétiseur et s’aperçoivent qu’il ne fonctionne que s’il est relié à son logiciel. C’est la douche froide.

Un appareil standalone est un appareil qui fonctionne avec uniquement une alimentation électrique (et des hauts parleurs ou un casque). De la musique très tard la nuit même avec l’ordinateur éteint.
A l’inverse, les claviers midi, les contrôleurs midi, certains samplers et bien d’autres, ne peuvent être utilisés que lorsqu’ils sont connectés à un logiciel de son (DAW). En revanche ils présentent l’avantage de pouvoir jouer avec votre DAW et modifier tout un tas de paramètres physiquement. Cette fonctionnalité peut faire gagner un temps phénoménal dans la composition et avoir accès à une infinité de fonctionnalités au bout des doigts.

Les pianos numériques et les instruments analogiques sont de facto des instruments standalone. Pour les autres, il vous faudra vérifier si c’est important pour vous.

Types de synthétiseurs

Il existe une multitude d’appareils dans la famille des synthétiseurs, et il est bien difficile de tous les ranger dans des cases tellement certains possèdent des fonctions uniques en leur genre. Nous vous proposons donc ci-dessous une classification avec la liste (quasi exhaustive) des synthés que vous pourrez trouver. Rappelez-vous qu’un appareil peut appartenir à plusieurs catégories à la fois ! Pour plus de détail sur chacune de ces catégories, rendez-vous également sur nos pages dédiées.

1

Pianos synthétiseurs

Tout d’abord, les plus connus sont des synthés disposant d’un clavier, ou piano synthétiseurs. On a tous en tête l’image du producteur avec cet instrument en studio, ou du musicien en live avec un clavier et plein de touches et de boutons. Ils représente une grosse famille d’instruments qui peuvent être analogiques ou numérique. A contrario, il existe différents types de synthés qui ne possèdent pas de clavier.

👉 Découvrez notre rubrique sur les meilleurs pianos synthétiseurs.
2

Synthétiseurs analogiques

Synthétiseur analogique yamaha dx7 vue de trois quart
Yamaha DX7

Chronologiquement, les premiers à être arrivés. Leur son unique est dû à un signal électrique physique généré dans un circuit. Aujourd’hui ils sont recherchés pour leur son si « authentique » et parfois vintage. Le mythique Yamaha DX7 par exemple est maintenant très prisé pour sa sonorité connotée années 80. Les bons synthétiseurs analogiques sont souvent plus chers.

3

synthétiseurs numériques

En majorité plus abordables financièrement, ces appareils sont arrivés plus tard et rivalisent aujourd’hui avec les synthétiseurs analogiques. Le son est produit par des circuits numériques spécialisés, et ils jouissent d’une grande versatilité, offrant des connexions MIDI pour utiliser dans certains logiciels (DAW).

Synthétiseur numérique korg minilogue XD vue de côté
Korg Minilogue XD
4

Claviers maîtres ou claviers midi

clavier midi vue de trois quart
Arturia Keylab 88 mk2

Le clavier MIDI, aussi appelé clavier maître, c’est un contrôleur. Il ne produit aucun son par lui-même, mais sert à commander un VST (synthé virtuel) dans un DAW (logiciel de production musicale).

Ses touches de piano, et ses potentiomètres envoient des informations au format MIDI afin de déclencher des sons dans le logiciel de production. C’est pourquoi un clavier MIDI est très pratique pour la composition ou la production sur ordinateur.

👉 Découvrez notre guide et notre sélection des meilleurs claviers midi.
5

Synthétiseurs workstation

Là, on passe aux choses sérieuses. Les workstations sont des claviers arrangeurs hauts de gamme équipés de séquenceurs audio, dédiés à la composition. Souvent utilisés en studio ou pour le jeu en groupe, ils offrent des sonorités au réalisme poussé.

Les fonctions très nombreuses sont au service de la création et de l’arrangement. Et, cela va de pair, ils sont plus chers même si certains modèles restent abordables.

synthétiseur workstation KORG
Synthétiseur workstation Korg
6

Pianos numériques

Comme expliqué dans la partie que l’on a appelé « synthétiseur ou piano numérique » plus bas dans ce guide, un piano numérique n’est pas à proprement parler un synthétiseur. Il dispose cependant de sons synthétiques destinés à reproduire un son de piano acoustique. Voici les grandes catégories de pianos numériques :

_Piano numérique meuble

piano numérique meuble bird dp1
Bird dp1

Il s’agit d’un meuble piano, mais numérique. C’est celui qui s’apparente le plus à un piano acoustique par la forme.

L’avantage c’est la qualité du son,et la finesse du toucher. Comme un vrai piano il est pourvu de pédales, mais il est également lourd et imposant. Il convient souvent plus aux pianistes et apprentis pianistes.

_Piano numérique compact

Il est facile à transporter, et moins onéreux que le piano numérique meuble. Il n’est pas toujours muni de haut-parleurs et la grande majorité comporte 55, 73 ou 88 touches.

piano numérique compact casio ct-S1
Casio CT-S1

_Clavier arrangeur

clavier arrangeur yamaha psr
Yamaha PSR

Le clavier arrangeur est à mi-chemin entre le piano et le synthé. Il propose souvent une variété de sons et est muni hauts parleurs. Divers accompagnements sont proposés sur ces modèles. Ici, on a plus de choix sur la quantité de touches, et on en trouve souvent à 61 touches, ce qui le rend plus compact (que certains claviers dits « compacts ! »). Le but recherché est ici la simplicité, et l’aspect ludique pour démarrer ou pour composer.

7

Synthétiseurs sans clavier

_Avec séquenceurs intégrés

Circuit mono station vue de face
Circuit Mono Station

Ils forment une catégorie à part entière. On en trouve de toutes les formes et de toutes les couleurs, analogiques et numériques. L’objectif est la composition de musique électronique, sans avoir besoin d’autre interface ou PC. Ils peuvent également contrôler d’autres synthétiseurs ou appareils branchés dessus via midi, grâce à leur séquenceur intégré.

_Synthétiseur modulaire

Le synthétiseur modulaire permet une approche purement analogique « à l’ancienne ». Comme son nom l’indique, il est composé de modules indépendants que l’on branche entre eux pour réaliser des fonctions (enveloppe, filtre, amplificateur, …). Ils requièrent une bonne dose de pratique pour être maîtrisés, tant l’interface peut paraître complexe au premier abord. En revanche, avec eux l’exploration est sans limite.

synthétiseur modulaire moog
Moog

_Boite à rythme

boîte à rythme Roland TR-8S vue de face
Roland TR-8S

La boite à rythme ou groovebox est un incontournable. On peut l’utiliser pour créer des rythmes de batteries ou autres percussions, mais aussi des lignes de basse. Les rythmes peuvent être préprogrammés ou générés par l’utilisateur. On trouve aussi des fonctions « boite à rythme » intégrées dans certains samplers ou des synthétiseurs.

👉 Consultez nos guides et sélections des meilleures boîtes à rythme.

_Sampler

Ce sont des stations de production autonomes composées de pads pour déclencher des « samples ». Ces derniers sont des échantillons sonores, des boucles que l’on peut enregistrer au préalable et triturer comme on veut avant de créer des pistes sonores avec. Le sampler est notamment l’appareil mythique de production dans le hip-hop, et l’instrument de prédilection des beatmakers.

sampler akai mpc one
Akai MPC one
8

LEs vst ou instruments virtuels

Les initiales de Virtual Studio Technology. Il s’agit d’un format d’instruments virtuels initialement créés par Steinberg. On les trouve sous forme de plugins pour les utiliser dans des logiciels de production (appelés DAW). Ce sont des instruments très pratiques aux possibilités immenses pour la production de musique.

VST Massive X Native instruments
Massive X Native instruments
👉 Découvrez notre guide complet et notre sélection des meilleurs VST.

Définition du synthétiseur

Partons de la définition du synthétiseur selon le dictionnaire Larousse :

« Synthétiseur : nom masculin – Ensemble d’appareillages électroniques, modulaires ou intégrés, conçu pour élaborer des sons. »

Dictionnaire Larousse

Un synthé, c’est avant tout un instrument de musique électronique qui utilise un traitement analogique ou numérique pour produire et travailler des sons. La plupart du temps, ils servent à « synthétiser » les sons produits par des instruments acoustiques. Dans la liste des instruments couramment reproduits on trouve le piano, l’orgue, le xylophone, la batterie et bien d’autres. Jusqu’au 20e siècle, la musique pouvait être produite par vibration, percussion, ou friction par exemple. Aujourd’hui les synthétiseurs permettent des possibilités immenses, et ne fonctionnement pas du tout de la même manière.

Dans les grandes lignes, retenez que l’on peut distinguer les synthétiseurs numériques des synthétiseurs analogiques.

Les synthétiseurs analogiques sont les premiers à avoir vu le jour et produisent le son grâce à des circuits électroniques. Leur arrivée a été une révolution, notamment avec l’apparition des synthétiseurs modulaires inventés par Robert Moog disposant d’une gamme de sonorités jusqu’alors inexplorée. Le son « vintage » des modèles analogiques est aujourd’hui très prisé par les connaisseurs.

Les synthés numériques sont plus récents et fonctionnent à l’aide de circuits numériques spécialisés. Ces derniers sont arrivés lors de la démocratisation massive de ces instruments de musique, et permettent d’interagir avec les logiciels de production musicale. Depuis la fin des années 1990 on trouve des modèles hybrides, à la fois analogiques et numériques.

Enfin, dans les années 2000 est apparu le VST (pour Virtual Studio Technology) qui est complètement virtuel et s’utilise dans un DAW (logiciel de production de musique). Le VST est une extension d’un logiciel ayant les mêmes fonctionnalités qu’un instrument physique, sans le toucher, mais avec une puissance parfois supérieure.

En voir plus

Comment fonctionne un synthétiseur ?

Comme mentionné précédemment, un synthétiseur électronique diffère d’un instrument acoustique, qu’il essaye parfois d’imiter, par la technique qu’il emploie pour générer l’onde sonore. Le son évoquera l’instrument mais il est en fait produit par une série de générateurs de sons électroniques. Le processus de production du son d’un piano (un marteau qui frappe une corde), n’a donc jamais lieu sur un piano synthé.

Ci-dessous quelques notions théoriques, mais très importantes si vous souhaitez comprendre. Nous allons ici évoquer la composition des ondes sonores, des harmoniques et de l’enveloppe (ASDR)

Ondes sonores

Les instruments sonnent différemment les uns des autres suivant la forme des ondes qu’ils produisent grâce aux vibrations propagées dans l’air. A l’aide d’un oscilloscope, on peut s’amuser à observer l’onde que produit un son. Ainsi par exemple, le son d’un diapason frappé décrit une forme sinusoïdale, tandis que celui d’un saxophone dessine plutôt une forme en dents de scie, celui d’une clarinette, lui est triangulaire. On distingue donc grossièrement 4 catégories d’ondes :

  • Ondes sinusoïdales
  • Ondes carrées
  • Ondes en dent de scie
  • Ondes triangulaires

Le schéma ci-dessous illustre la forme de ces ondes, qui chacune produit un son différent:

Ondes sonores que l'on trouve dans un synthétiseur

Une sinusoïdale produit un son plus « rond » tandis qu’une onde en triangle est plus « agressive ». Pourquoi est-ce important à savoir ? Car lorsque vous serez devant votre synthétiseur, vous aurez la possibilité de choisir un type d’onde, et de le combiner avec plusieurs autres. C’est à la base de l’édition sonore.

Un son peut se construire à l’aide de deux méthodes sur un synthé :

  • Par synthèse additive : on empile les ondes les unes sur les autres à l’aide d’oscillateurs pour fabriquer une texture
  • Par synthèse soustractive : on part d’une onde déjà complexe (de base sur les synthétiseurs) et on la travaille en utilisant des filtres. Un filtre sert à supprimer complètement certaines fréquences et harmoniques de l’onde sonore : un filtre passe-haut (ou « high-pass ») laisse passer les fréquences aigues en bloquant les basses. Un filtre passe-bas (ou « low-pass ») fait l’inverse.

Grosso modo, on peut soit partir d’éléments basiques et les combiner ensemble, soit partir d’un bloc et le sculpter en retirant de la matière. La majorité des vrais synthétiseurs fonctionne en synthèse soustractive.

En voir plus

Harmoniques

Lorsqu’un instrument de musique joue une note, il n’y a pas seulement une note qui est produite. En réalité, la note que l’on entend est la fréquence fondamentale, mais d’autres fréquences s’ajoutent par-dessus simultanément. On les appelle les fréquences harmoniques. Elles ne sont pas toujours audibles du premier coup, mais elles sont bien présentes.

Un ensemble d’harmoniques produites dans un son le rendra plus complexe et plus riche, un peu à l’image d’une chorale.

Enveloppe ADSR

Derrière cet acronyme (encore un !) il y a une notion simple et basique de la production sonore : Attack, Decay, Sustain et Release. Lorsqu’on joue une note, l’enveloppe va déterminer la façon dont le volume de cette note évolue au cours du temps.

Voici un schéma de la variation du volume (également appelé « amplitude ») dans le temps pour une note jouée.

  • Attack : lorsqu’on appuie sur une touche, l’attaque est l’intervalle de temps pour que le son passe du silence complet à son niveau sonore maximal
  • Decay : C’est le délai d’extinction du son. Le decay est le moment pendant lequel le son passe de son niveau sonore max à son niveau de sustain (voir suite)
  • Sustain : Lorsqu’on tient la note, qu’on laisse la touche enfoncée, le son se maintient. Le sustain est le volume sonore lorsque la note est tenue.
  • Release : Une fois que la touche est lâchée, le volume sonore redescend à zéro. Le release est la durée que met le son à s’éteindre complètement.

Comme vous l’aurez probablement compris, l’ensemble de ces paramètres ADSR vont donner vie à la matière que vous avez créée grâce à la façon dont elle réagit dans le temps lorsqu’elle est jouée. On parle de confection d’enveloppe.

En résumé

Pour générer un son, un synthétiseur doit :

  • Produire des ondes sonores de formes différentes
  • Produire plusieurs fréquences simultanément afin d’obtenir des harmoniques riches
  • Faire varier le volume de la note dans le temps pour obtenir une enveloppe (dite « ADSR »)

Ces notions sont importantes car elles représentent les principes de base du synthétiseur.

On peut ensuite ajouter des filtres, ou bien d’autres oscillateurs pour modifier ou enrichir le son. Le LFO par exemple (pour « Low-Frequency Oscillator ») est un oscillateur qui se place par-dessus le son généré, et qui permet de lui générer des effets rythmiques comme des vibratos, en faisant varier rapidement le volume (« wobble »).


Synthétiseur ou piano numérique ?

Maintenant intéressons-nous à la différence entre ces deux espèces d’instruments. Bien que ces deux familles possèdent une esthétique ressemblante, leur fonction n’est pas la même.

Le clavier ou piano numérique convient plutôt aux musiciens qui souhaitent utiliser des sons préinstallés qui reproduisent souvent des instruments acoustiques (piano, orgue, etc..) et des accompagnements automatiques. La majeure partie du temps, ils sont équipés de hauts parleurs. On branche la prise, et l’on peut jouer ! L’idée est qu’il est simple de pouvoir en jouer, sans se perdre dans des menus complexes. Sur ces claviers, on trouve des accompagnements automatiques, pour jouer en même temps que soi. Les pianos de scène, plus hauts de gamme ne comprennent souvent pas de hauts parleurs, mais bénéficient d’une banque de sons plus qualitatifs et plus professionnels. Le toucher des notes peut être lesté de façon à reproduire plus fidèlement le jeu d’un véritable piano. Ces derniers s’utilisent souvent plus pour du live, comme leur nom l’indique.

Le synthétiseur est plus adapté aux musiciens qui souhaitent travailler leurs propres sons. Même si une banque de sons importante est mise à disposition par le fabricant, on peut les modifier jusque dans les moindres détails ou les créer nous-mêmes.  A l’inverse des pianos numériques, ils ne possèdent souvent pas de hauts parleurs, et n’ont pas d’accompagnement automatique. On les trouve sous une multitude de formes : claviers, drum pads, samplers, controleurs, etc.. Enfin, ils sont souvent compatibles avec des interfaces électroniques sur ordinateur via MIDI pour contrôler des logiciels.

Vous souhaitez prendre des cours de clavier, jouer simplement de la musique avec ou sans accompagnement sans vous prendre la tête ? Optez pour un clavier ou piano numérique.

Vous produisez de la musique, travaillez sur un logiciel (DAW) ? Vous aimez utiliser vos propres sons en studio ou sur scène ? C’est un synthétiseur qu’il vous faut.

En voir plus
Pro-Synthé
Logo